L’éolienne : l’image façade banalisée des sociétés de consulting en ingénierie.

Image

Une illustration classique de ce qu’on peut voir sur les sites des sociétés de conseil en ingénierie pour l’industrie. En recherche d’emploi, je parcours beaucoup les sites de ces société qui embauchent pas mal en ce moment. Et je me rends compte que ce sont bien souvent à peu près toujours les mêmes illustrations en page d’accueil : un airbus, un TGV, et une éolienne disposés par ci par là sur les pages, ponctuées de nanas en tailleur sourire colgate qui se serrent la main. Ce sont les stéréotypes de ce que construit l’ingénieur, tout comme il y a quelques dizaines d’années, l’ingénieur était celui qui construisait les ponts.

la page continue plus bas avec deux autres catégories : "industrie" avec des cheminées toutes propres, et "transport" avec un bel airbus. Noter la façon dont la catégorie "énergies" est symbolisée. (click pour visiter le site)

la page continue plus bas avec deux autres catégories : « industrie » avec des cheminées toutes propres, et « transport » avec un bel airbus. Noter la façon dont la catégorie « énergies » est symbolisée. (click pour visiter le site)

Lorsqu’on va lire leurs activités dans les autres énergies, une lourde liste apparaît introduite comme suit :

 » EPR, centrale nucléaire, usine d’enrichissement d’uranium, centrale électrique, usine de dépollution ou de traitement des déchets, éoliennes… sont quelques exemples des projets où nos consultants sont en mission. »

Le mot « éolienne » apparaît une seule fois en toute fin de liste, entre parenthèses, dans la catégorie « autres », après le nucléaire et l’uranium qui sont donc leur principales activités dans ce secteur. »

« – Architecture navale (pôle R&D, projet éolien offshore) »

Y avait-il de quoi mettre tant d’éoliennes en plein milieu sur les visuels du site ? Et tant de coquelicots, soit dit en passant ? 🙂

L’objet n’est pas de dire que cette société pollue la planète c’est pas bien etc, ce n’est pas le but. Il faut bien faire marcher le monde. Elle bosse aussi sur des centrales de cogénération par exemple. C’est simplement cette hypocrisie ambiante dont se sont emparées beaucoup d’entreprises, comme si la règle, la norme, était devenue de devoir forcément travailler dans le développement durable et avoir fait de l’environnement sa priorité number one. Travailler dans les énergies fossiles, on sait ce que ça représente environnementalement, et il en faut qui le fassent encore pour un bout de temps. Pourquoi alors utiliser ces éoliennes caches-misère ? Pour leur seul esthétisme ? Les riverains ruraux qui en ont au bout de leur champs ne sont pas de cet avis en tous cas !

« Rejoindre Inatis, c’est adhérer à nos valeurs »

— Ah oui, tiens donc, vous parlez de quelles valeurs au juste ? 😀

  • bonus 1 : l’illustration de page d’accueil :

inatis consulting oil and gas ou eolien2

  • bonus 2 : voici la première ligne d’une de leurs offres d’emploi :
Le groupe INATIS, spécialisé dans l’Energie et l’Environnement, collabore avec la majorité des grands comptes sur des projets européens (Allemagne, Belgique, Italie, Espagne) et internationaux (Moyen-Orient, Amérique du Sud, Afrique).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s